Questions – réponses

Ce sera un grand voyage. Plusieurs semaines, plusieurs mois … même  un an.

Toi et moi, nous deux ! Et tout ceux que l’ont croisera sur notre route, qui auront la gentillesse de nous accueillir, de nous héberger, de nous faire découvrir leur région. Plein de rencontres en perspective !
On fera un continent, deux continents, trois continents, plusieurs pays, un tour du monde !

Quelle aventure ! Oui, mais au-delà de l’aventure, nous relèverons aussi un défi, celui de parcourir près de 16.000 km en vélo. C’est parti, c’est la v-liberté dans les pédales !

Et maintenant ça y est, la décision est prise et on s’y tient.

Trait de séparation entre les textes Courbe logo petitePourquoi un voyage autour du monde et pourquoi un an ?

Au cours de notre premier quart de vie, l’un et l’autre avons eu l’opportunité de voyager, d’ouvrir nos horizons et de sortir de notre confort. Difficile de se contenter d’une ou deux semaines de vacances pendant l’été quand on a connu le dépaysement d’un voyage au moyen/long court, ou un semblant d’expatriation. On aura le temps d’accumuler nos CP et RTT plus tard !

Face aux aléas, on sait aussi qu’il ne faut pas attendre de ne plus avoir le temps avant de se créer des souvenirs et de réaliser ses rêves. Il vaut mieux ne pas avoir de regrets que des remords plus tard. Citation ultra cliché, c’est vrai, mais admettez qu’elle fait consensus. Nous en tout cas on y croit dur comme fer !

En conclusion, voyager et découvrir, c’est quelque chose qui nous tient à cœur depuis longtemps individuellement et à deux. Cette idée de tour du monde, elle a germé, elle a grandi, c’est devenu un rêve, puis un objectif, un défi. C’est aujourd’hui un projet.

Plus que voyager, nous voulons aussi mettre en pause notre vie actuelle (à destination de nos parents : oui en « pause », avec l’objectif de revenir!). Quelle liberté et quelle chance de partir en ayant quitté son travail, son appart, résilier son forfait téléphonique, et en oubliant le stress du temps qui passe!

Un an, c’est la bonne durée. Déjà c’est symbolique, c’est rond, c’est facile à retenir. C’est suffisamment long pour être un vrai « voyageur au long cours », traverser plusieurs pays, en profiter, prendre son temps. C’est aussi suffisamment court pour ne pas se déconnecter, pour pouvoir revenir sans être totalement déphasé. Ou pas ?!

Trait de séparation entre les textes Courbe logo petite

Mais comment on fait pour partir en tour du monde ? L’argent ? Et le travail ? Les amis ? La famille ?

On est convaincu que le plus dur, c’est de se lancer. Il y a toujours un tas de raisons qui nous retiennent.  Changer sa vie c’est compliqué à faire et à assumer. Quitter son travail, «sortir du rang». Il faut se justifier, expliquer, car nombreux sont ceux qui ne comprennent pas.

Mais on tient bon, et on explique (comme d’autres nous ont expliqué avant) que partir faire un tour du monde, ce n’est pas si fou. Qu’un an ce n’est pas si long. Que le travail, on peut le quitter, en retrouver un après en se donnant les moyens. Que ce n’est pas si cher finalement (surtout en vélo). On invite nos lecteurs curieux à se rendre dans la rubrique préparatifs pour se rendre compte du budget d’un projet comme le notre.

Mais pour faire court, un voyage autour du monde, pendant 1 an, dans le genre du notre, cela représente environ 12 000 € tout compris pendant 1 an. Tout compris! Matériel inclus!

On est conscient que nous sommes privilégiés mais ce tour du monde a été financé en faisant attention à nos dépenses pendant les 3 dernières années afin d’économiser pour ce voyage.

Notre travail, nous l’avons tout simplement quitté. Et nous en rechercheront un nouveau à notre retour. Pures produits de la génération Y, ça peut en faire hurler certains, mais on s’inquiétera du taux de chômage le moment venu. Nous sommes convaincus que nous saurons mettre en valeur notre expérience de tour du monde auprès de futurs employeurs.  D’autres part, nous avons aussi la chance, l’un comme l’autre, de travailler dans des secteurs, où il est relativement facile de trouver du travail. Naïfs ? On vous laisse vous exprimer dans la partie commentaires  :-).

Nos amis et nos familles vont beaucoup nous manquer. Ce site internet leur est en partie dédié. Ce sera pour nous le meilleur moyen de donner des nouvelles. Il nous sera également très facile de fixer des rendez-vous via skype, d’envoyer textos et photos via whatsapp, de garder un œil sur nos feeds facebook ! Et puis un an, ça passe très vite finalement…

Trait de séparation entre les textes Courbe logo petite

Pourquoi ça s’appelle V-liberté ?

Il nous a bien fallu 6 mois pour trouver notre nom de scène et de site internet. Çà a «brainstromé» dur dans les chaumières ! Objectif: une jolie sonorité, un peu d’originalité, et surtout un nom de domaine libre pour notre site internet. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il en existe des noms de site internet avec les mots : vélos, voyage, roues….

Finalement, nous avons choisi V-liberté (train Grenoble-Paris : Merci @Grégoire Lemesle !).

V comme : vélo, voyage, victoire, vision, vivre, velib (oui on est des grands adeptes du velib parisien !), associé au mot Liberté qui incarne parfaitement le sentiment que nous procure notre tour du monde. Banco pour V-liberté ! En plus c’est inédit sur la toile ! Ouf, ça y est on a notre nom !

Trait de séparation entre les textes Courbe logo petite

Et un site internet ça sert à quoi ?

Plusieurs utilités. La première est bien sur de vous donner des nouvelles, de partager notre aventure, de vous parler de notre quotidien, et de vous montrer photos et vidéos.  V-liberté sera aussi, pour nous deux, un recueil de souvenirs, que nous serons heureux de retrouver à notre retour.

On espère aussi que ce site internet servira de mine d’information aux prochains voyageurs. La rubrique «bons plans» recensera toutes nos trouvailles, idées, bonnes adresses dénichées sur notre route ou même ici à Paris. La rubrique « préparatif » liste également que nous avons choisi pour notre périple après de nombreuses heures de brainstormings et de recherches.

Trait de séparation entre les textes Courbe logo petite

Pourquoi en vélo ?

Le vélo, c’était un peu le délire de Charles initialement (Ah bon ?!). Pour ceux qui ne le connaissent pas, Charles est sportif certes, mais il est également aussi passionné qu’excessif. Donc du coup, quitte à faire un tour du monde, autant amplifier la difficulté en le faisant vélo!

Et puis finalement, en y réfléchissant, et après quelques prises de renseignement auprès des voyageurs ayant déjà tenté l’aventure, on s’est rendu compte que c’était le moyen de transport idéal (par rapport aux transports en commun).

Pourquoi :

  • Plus de liberté. Le vélo nous offre la possibilité de nous rendre où nous voulons, de nous arrêter quand ça nous chante. Pas d’horaire de bus, pas de trajectoire obligatoire et moins de contrainte.
  • Plus d’autonomie. L’avantage du vélo, c’est que l’on peut porter bien plus que dans un simple sac à dos : matériel de camping, informatique, pharmacie …
  • Plus d’économie. Moins de transport à payer, possibilité de se faire sa tambouille (car nous pouvons porter un réchaud), et de planter sa tente, si rien ne se présente sur notre route.
  • Plus de sécurité : Quand on est dans un bus local, il ne reste plus qu’à faire confiance au chauffeur de bus et à la qualité des routes. On ne maitrise rien ! L’avantage du vélo, c’est nous sommes les maitres de notre moyen de transport. Non négligeable aussi, être en vélo, c’est aussi éviter les zones souvent très glauques et mal fréquentées des gares routières et gares ferroviaires.
  • Plus de challenge. Et oui, 16 000 km en 1 an, c’est notre défi ! Et le challenge, c’est ce qui nous fait nous dépasser !
  • Plus de partages et de rencontres. Le vélo nous rendra plus accessibles, et on l’espère plus sympathiques aux yeux des personnes que nous croiseront sur notre route. Par ailleurs, le vélo nous permettra aussi de traverser villages et campagnes, en s’éloignant des fameux sentiers battus, et de nous arrêter quand bon nous semblera
  • Parce qu’1 an de vélo, c’est la garanti de cuisses affutées, de mollets fuselés, et de fesses musclés au retour.

Trait de séparation entre les textes Courbe logo petite

Mais c’est un peu comme des vacances en fait ?

Ah non ! C’est un vrai projet. Un projet de ceux qui demandent des mois de préparation, une montée en compétence sur : la mécanique, l’informatique, les langues. C’est également un défi sportif qui, on le sait, ne sera pas facile tout les jours. Par ailleurs, nous nous fixons l’objectif de revenir avec un espagnol et un anglais parfait. Et enfin, notre engagement vis-à-vis des écoles et de l’association,  Enfants@Hôpital, rythmera nos journées, orientera nos choix de visites et nous obligera à respecter des échéances et une régularité dans nos échanges.

Alors c’est parti pour la V-Liberté dans les souliers !!!